L’Algérie contribue 15 000 € au futur centre de l’OIAC pour la chimie et la technologie

LA HAYE, Pays-Bas –17 janvier 2020– Le gouvernement algérien a versé 15 000 € à un fonds d’affectation spéciale de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) pour soutenir le projet de modernisation du laboratoire et du magasin d’équipement actuels de l’OIAC. Ce projet aboutira à la construction d’une nouvelle installation, le Centre de chimie et de technologie de l’OIAC («ChemTech Center») .

Cette contribution a été officialisée lors d’une cérémonie au siège de l’OIAC entre le Directeur général de l’OIAC, SEM Fernando Arias, et le Représentant permanent de l’Algérie auprès de l’OIAC, SE l’Ambassadeur Lounès Magramane.

Le Directeur général a déclaré: «Je remercie le gouvernement de l’Algérie pour sa contribution au nouveau Centre de l’OIAC pour la chimie et la technologie qui renforcera les capacités de nos États membres pour parvenir à un monde exempt d’armes chimiques.»

L’Ambassadeur Magramane a déclaré que l’Algérie est honorée de contribuer au Fonds d’affectation spéciale de l’OIAC pour soutenir le projet ChemTech Center, et de souligner les relations positives de l’Algérie avec l’OIAC et son désir de développer davantage cette collaboration. Il a fait remarquer: «En tant qu’État membre contribuant au projet du Centre ChemTech, l’Algérie espère voir la création du nouveau Centre comme un instrument pour renforcer le renforcement des capacités dans les États membres africains de l’OIAC.»

Le Directeur général Arias a lancé un appel à tous les États parties à l’OIAC en mesure de faire des contributions volontaires pour ce faire. Il a en outre souligné le rôle important que jouera le nouveau Centre ChemTech dans le renforcement de la capacité de l’OIAC à faire face aux menaces d’armes chimiques, à renforcer sa capacité d’enquête et à renforcer les activités de renforcement des capacités. Il a souligné que «toutes les contributions, quelle que soit leur taille, sont grandement appréciées».

Jusqu’à présent, trente États parties et l’Union européenne ont contribué ou se sont engagés à contribuer financièrement au projet, et un montant considérable a été collecté à ce jour.

Contexte

Le projet de construction du Centre ChemTech est en cours et vise à renforcer les capacités de l’OIAC à répondre pleinement aux menaces d’armes chimiques nouvelles et émergentes, ainsi qu’à soutenir le renforcement des capacités dans les États membres de l’OIAC. L’actuel laboratoire et magasin d’équipements de l’OIAC sont essentiels à l’efficacité et à l’intégrité du régime de vérification de la Convention sur les armes chimiques, et ils contribuent également au renforcement des capacités de l’OIAC et aux activités de coopération internationale. Cependant, l’installation actuelle ne sera bientôt plus adaptée à ses besoins en raison de son infrastructure vieillissante, des contraintes d’espace, des charges de travail plus importantes et de nouvelles missions avec de nouveaux domaines de travail.

Une nouvelle installation est nécessaire pour répondre aux demandes des États parties de l’OIAC en matière d’outils de vérification améliorés, de capacités de détection et de mesures d’intervention améliorées, ainsi que d’activités de renforcement des capacités accrues. Le Centre ChemTech aidera également l’OIAC à suivre le rythme des développements scientifiques et technologiques et des nouvelles menaces d’armes chimiques. Le Secrétariat technique de l’OIAC élabore un plan de projet détaillé pour la construction du Centre ChemTech et un fonds d’affectation spéciale pour les contributions volontaires a été créé pour garantir les ressources nécessaires au projet.

À ce jour, les États parties suivants ont contribué ou se sont engagés à contribuer au projet: Algérie, Bangladesh, Belgique, Canada, Chili, Chine, Chypre, République tchèque, Estonie, Finlande, France, Hongrie, Irlande, Italie, Japon, Kazakhstan, Luxembourg, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pologne, Portugal, République de Corée, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Turquie, Émirats arabes unis, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et États-Unis d’Amérique. L’Union européenne a également contribué.

En tant qu’organisme chargé de l’application de la Convention sur les armes chimiques, l’OIAC, avec ses 193 membres, supervise l’effort mondial visant à éliminer définitivement les armes chimiques. Depuis l’entrée en vigueur de la Convention en 1997, il s’agit du traité de désarmement le plus réussi qui élimine toute une classe d’armes de destruction massive.

Plus de 97% de tous les stocks d’armes chimiques déclarés par les États possesseurs ont été détruits sous la vérification de l’OIAC. Pour ses efforts considérables dans l’élimination des armes chimiques, l’OIAC a reçu le prix Nobel de la paix 2013.

DERNIÈRES NEWS