ALGER- Le chef de la diplomatie algérienne, Sabri Boukadoum a annoncé lundi à Alger que sur décision du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le siège du ministère des Affaires étrangères sera baptisé du nom du diplomate, Mohamed Seddik Benyahia.

“En hommage au parcours du défunt et à ses luttes, et en reconnaissance de Mohamed Essedik Benyahia en tant que symbole pour les générations passées et futures, le président de la République Abdelmadjid Tebboune a décidé de baptiser le siège du ministère des Affaires étrangères du nom du défunt, Mohamed Seddik Benyahia”, a déclaré Sabri Boukadoum lors d’une cérémonie commémorative du 39e anniversaire du décès de l’ancien ministre des Affaires étrangères.

La cérémonie a été marquée notamment par la présence du président du Conseil de la Nation, Salah Goudjil, du Conseiller du président de la République, Abdelhafid Allahoum, de membres du gouvernement et de cadres du ministère des Affaires étrangères.

Soulignant les sacrifices de ce diplomate infatigable, Boukadoum a indiqué qu’il était aujourd’hui important pour tout le corps diplomatique d’évoquer son militantisme pour la préservation des intérêts suprêmes de l’Algérie et l’adaptation des performances diplomatiques aux exigences de la conjoncture notamment en ce qui concerne la consolidation de la paix et la stabilité dans la région.

Le défunt est considéré comme l’un des responsables algériens qui ont parfaitement mené les batailles de libération et d’édification, a ajouté le ministre, relevant qu’il avait dirigé la diplomatie algérienne avec distinction entre 1979 et 1982.

Citant les réalisations les plus marquantes du défunt, Boukadoum a rappelé sa contribution précieuse dans  la résolution de la crise des otages américains en Iran et sa médiation pour mettre fin à la guerre entre l’Irak et l’Iran, appelant  les jeunes, “à redoubler d’efforts et à être à la hauteur des défis auxquels l’Algérie est confrontée.

Intervenant à cette cérémonie, le président du Conseil de la Nation, Salah Goudjil, est revenu sur la riche carrière de Mohamed Seddik Benyahia et sur les étapes ayant marquées son parcours.

Goudjil a souligné son rôle important lors des négociations ayant abouti à la signature des accords d’Evian et celles ayant conduit à la libération des otages américains en Iran.

Goudjil a décrit, Seddik Benyahiya comme un “homme de synthèse”, capable de trouver des solutions aux différents problèmes eu égard à sa connaissance approfondie des enjeux internationaux.

Mettant en exergue l’importance de sauvegarder la mémoire nationale, le président du Conseil de la Nation a salué la décision du président de la République, Abdelmadjid Tebboune de consacrer le 8 mai de chaque année, “journée nationale de la mémoire”.

Evoquant les circonstances du décès de Seddik Benyahia lors du crash d’avion du 3 mai 1982, M. Goudjil a indiqué que la partie algérienne a mené une enquête indépendante sans recourir à une expertise étrangère.

“Les conclusions de l’enquête que nous avons remis à la partie irakienne a déterminé que le missile qui a causé l’accident était un missile soviétique lancé par un avion irakien”, a-t-il précisé.

L’ancien ministre Mohamed Seddik Benyahia, décédé dans un accident d’avion le 3 mai 1982, incarnait l’homme d’Etat dévoué et le diplomate infatigable qui a fait connaitre la Guerre de libération dans le monde et servi le pays avec abnégation et humilité après l’indépendance.

Né le 30 janvier 1932 à Jijel, Mohamed Seddik Benyahia, cet “homme hors normes”, comme le qualifiait son compagnon de lutte, Rédha Malek, et au parcours irréprochable, avait marqué par son courage et son sens du sacrifice l’histoire du mouvement national et celle de l’Algérie combattante et indépendante.

Désigné à la tête de la diplomatie algérienne en 1979, Mohamed Seddik Benyahia était au service de la paix dans le monde. L’historie retient encore aujourd’hui, 39 ans après sa disparition dans un tragique crash d’avion, son rôle dans le dénouement de la crise des 52 américains retenus otages pendant 444 jours au siège de l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran, en amenant les deux parties à signer l’accord d’Alger le 19 janvier 1981.

“APS”

Partager cet Article!

DERNIERS COMMUNIQUES

NEWS ALGERIE